WWOOFING : les cinq conseils à suivre avant de partir

Le WWOOF (Worldwide Opportunities on Organic Farms) ou WWOOFing, c’est à la fois une façon de voyager et de travailler. C’est apprendre, et rendre service en même temps. Le principe est simple : travailler dans une ferme ou une exploitation, en échange du gîte et du couvert. L’idée fédère une communauté grandissante : à l’heure où nous écrivons cet article, il y a 1684 fermes hôtes actives recensées sur le site WWOOF France.

Et puis, ce qui est génial dans tout ça, c’est que les domaines d’apprentissage sont nombreux : éco-construction, élevage, apiculture, maraîchage, cuisine, randos canines avec des mushers … Qu’il s’agisse d’une expérience d’une semaine ou de plusieurs mois, le WWOOFing est une occasion incroyable de tisser des liens en apprenant à maîtriser des techniques utiles qui marqueront positivement votre parcours de vie.

Voici quelques conseils pour trouver le WWOOFing de vos rêves, et vivre l’expérience à fond  !

 

1 – Lister vos envies

Avant même de parcourir les annonces,  se poser et réfléchir à sa future expérience peut vous orienter dans le choix de votre wwoofing. De nombreuses opportunités s’offrent à vous : en sachant à l’avance ce que vous cherchez, où vous cherchez, le tri n’en sera que plus facile !

Faites des listes. Couchez sur papier les missions que vous souhaitez privilégier, ce que vous souhaitez apprendre lors de votre séjour, ou encore les lieux que vous rêvez de visiter… Si vous partez à plusieurs,  cette méthode peut vous aider à trouver une mission qui conviendra aux attentes de chacun.

2 – Décortiquer les annonces

Les objectifs sont maintenant déterminés ! Désormais, vous passez de longues heures à parcourir les annonces de wwoofing. La meilleure méthode reste de suivre votre intuition. En lisant les annonces, et en parcourant les photos, posez-vous quelques questions : Est-ce que je me vois travailler dans ce lieu ?  Est-ce que je me vois dormir dans une caravane pendant deux mois ? Les missions me conviennent-elles ? Essayez aussi d’élargir votre champ de recherche : parfois, même si les missions et les conditions sont à cent lieues de nos espérances, la magie opère. Se laisser surprendre par un coup de foudre, c’est sympa, non ?

3-  De la transparence

Sur WWOOF.fr comme dans la vie, le premier contact est important. Mais en WWOOFing, il ne s’agit pas seulement de faire bonne impression. Un premier échange de messages aidera votre hôte à en savoir plus sur qui vous êtes, et dans quelles conditions il doit vous accueillir. Et, de votre côté, ce contact vous permettra de savoir si la réalité correspond vraiment à vos attentes. Il est donc important d’être transparent dès le début. Lors de votre premier message, présentez-vous de manière agréable, respectueuse et  honnête, en expliquant les raisons pour lesquelles vous souhaitez venir. Si vous avez des informations importantes vous concernant (un télé-travail, ou une condition médicale), il est préférable que votre hôte en soit averti, plutôt qu’il le découvre lorsque vous frappez à sa porte. De votre côté, n’hésitez pas à poser les questions qui vous importent : les questions « bêtes » sont souvent celles qui évitent bien des quiproquo.

4- Faire des concessions

De la même manière que votre hôte devra s’adapter à vos compétences, vos facilités et votre force physique, tenez-vous prêt à vous accorder avec sa manière de fonctionner. On ne se refait pas, certes. Mais s’adapter un peu fait partie de l’expérience ! Préparez-vous mentalement à laisser quelques petites habitudes de côté, et à en essayer de nouvelles. Faire la cuisine, se lever à cinq heures du matin, habiter avec d’autres WWOOFers, se laver à l’évier… Certaines d’entre elles sont dures à prendre. Elles font pourtant partie de l’expérience, et vous en apprendront beaucoup sur vous même  (si si, ça vaut le coup).

5- Paqueter un sac fonctionnel et optimal

Encore une fois, la feuille de papier est votre meilleure alliée. Listez l’ensemble du matériel dont vous pensez avoir besoin, des sous-vêtements à votre flûte traversière. Une fois cette liste établie, parcourez-la rapidement : vous allez vous rendre compte que certains objets ou vêtements sont peut-être superflus. Ah, et qu’une gourde pourrait être utile, si vous travaillez sur un terrain de plusieurs hectares, ou si votre séjour est en plein mois d’août (voire les deux) ! Faites votre sac quelques semaines avant de partir. Si vous vous rendez compte que tout ne rentre pas, mieux vaut le remarquer le plus tôt possible.

Gardez en tête que voyager léger permet aussi d’alléger le moral. Et puis, vous n’êtes pas à l’abri de vous lancer dans une petite randonnée au cours de votre périple. Apprécier une balade dans les environs est plus facile quand votre paquetage ne pèse pas trop sur vos épaules !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *